Accueil » Consommation » Déchiffrons les étiquettes des cosmétiques Bio : Interview de l’Arbre à Patates

Déchiffrons les étiquettes des cosmétiques Bio : Interview de l’Arbre à Patates

Au fil de mes recherches sur le net j’ai croisé le chemin de l’Arbre à Patates, un blog traitant des cosmétiques bio disponibles sur le marché. Curieux d’en connaître plus sur son auteur j’ai donc contacté Ombeline pour découvrir en détails qui se cache derrière ces articles.

Une blogueuse au sens de l’humour marqué et au regard expert qui nous dévoilera peut-être ses secrets pour faire facilement son choix dans le rayon cosmétique.

– Bonjour Ombeline, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je crois que c’est de loin la question que je redoutais le plus…

« Ombeline », c’est mon vrai prénom (on m’a déjà posé la question), j’ai 25 ans. J’aime le lait de riz, l’odeur du cèdre, les gens qui pétillent et la couleur orange… entre autres.

Mon rire, on ne peut plus communicatif, en a marqué plus d’un, mon caractère bien trempé aussi ! Mais je ne mords pas.

– Depuis combien de temps tiens-tu ce blog ? Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

J’ai commencé ce blog il y a deux ans. J’étais en dernière année dans une école de communication. Dans le cadre d’un cours, on nous a demandé d’ouvrir un blog sur une thématique qui nous plaisait… C’est comme ça que L’Arbre à Patates a vu le jour !

Au début, ce n’était qu’un simple projet mais je me suis très vite prise au jeu.

En parallèle, je travaillais chez Femininbio.com, je m’occupais des rubriques Beauté et Santé alors j’avais de la matière pour rédiger…

Je ne peux pas dire que j’ai eu de réelles difficultés. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne demandaient qu’à partager leur savoir, j’ai toujours trouvé réponse à mes questions… Que demander de plus !

– Quelle relation entretiens-tu avec tes lecteurs ? S’agit-il plus de personnes de passage venant chercher une information précise ou plutôt d’internautes fidèles avec lesquels tu tisses un rapport privilégié ?

Arf… Je ne vais pas te mentir : ma mère est ma plus grande fan ! Plus sérieusement, je pense que mon blog est encore jeune alors les gens vont et viennent sans que l’on ne prenne vraiment le temps d’échanger. Depuis que j’ai investi les réseaux sociaux, mes amies ne sont plus les seules lectrices ! C’est une question de temps je suppose…

– Pourquoi ce nom de L’Arbre à Patates ?

Je m’attendais à ce que le nom intrigue, fasse sourire en tout cas, mais je préfère laisser planer le mystère…

– Quel avenir envisages-tu pour ton site ? Y-a-t-il des projets qui mûrissent dans ta tête ?

Finaliser cette satanée charte graphique ! J’ai des idées pleins la tête mais je manque cruellement de temps pour les réaliser… Il n’y a que 24h dans une journée, c’est bien trop peu mais je persévère, L’Arbre finira par avoir son propre look.

Il y a déjà eu du changement cela dit : à son lancement, l’interface était beaucoup plus kitch, dans les tons marron, très automnal… C’était un peu l’illustration de la vision des gens au sujet du bio, le côté « salopette et pull qui gratte ». Et puis j’ai eu envie de me mettre aux goûts du jour mais il y a encore beaucoup de travail ! Je voudrais peaufiner tout ça avant de m’engager dans des projets, mais je garde une oreille attentive à toutes les opportunités.

– Tu es, disons-le, très active sur Twitter sous le pseudo de @LArbre_. Quels sont les domaines qui t’intéressent le plus ?

C’est assez nouveau pour moi en fait. C’est un excellent moyen de se tenir informée de toute l’actualité en matière d’écologie, de développement durable, d’innovations bio… Mais pas seulement puisque je m’intéresse aussi à tout ce qui touche la santé, les médecines douces et les femmes, de près ou de loin. Bref, je laisse aller ma curiosité au hasard des pages !

– Quels sont les sites que tu consultes le plus et pourquoi ?

Je loupe rarement un article de Terra Eco, je suis très friande de ce magazine ! Je trouve la ligne éditoriale vraiment aboutie, j’aime le style d’écriture et le traitement approfondi des sujets.

Je regarde aussi beaucoup le site de Néoplanète, Zegreenweb ou encore Bio à la Une, mais la liste est non exhaustive… Je suis le travail de quelques blogueuses aussi. Je tâche de me renseigner autant que faire se peut en fait.

– Depuis combien de temps baignes-tu dans le bio ?

Depuis que je suis gamine ! Mes parents sont bio jusqu’à la moelle, férus d’écologie et de médecines douces. A la maison, on consomme les fruits et légumes en fonction des saisons, on fait du yoga au p’tit matin sur la pelouse du jardin (enfin, surtout eux), on ne jure que par les huiles essentielles, bref j’ai baigné dedans, je crois qu’on peut le dire ! Du coup, j’ai pris le pli en quittant le cocon familial.

– En règle général tu choisis uniquement des produits bio ?

Je n’achète pas tout bio, je n’ai pas le budget nécessaire ! Mais il y a des incontournables… La viande, le poisson, les œufs sont toujours bio. J’ai lu trop d’articles qui m’ont laissée sans voix pour ne pas choisir de consommer autrement.

Mes légumes ne le sont pas toujours mais ils viennent du marché, de producteurs locaux. Je n’utilise aucun cosmétique qui ne soit pas bio et je brique mon appartement avec des produits ménagers écologiques.

– Peux-tu m’expliquer d’où te viens cette volonté de bloguer sur les cosmétiques bio ?

{loadposition adsense}Bonne question… C’est venu un peu comme ça en fait. Au début, je testais les produits pour le plaisir de raconter mes expériences par la suite, et puis, je me suis rendue compte que ça n’apportait strictement rien aux lecteurs (à part un léger rictus peut-être) alors je me suis penchée sur les étiquettes.

J’essaie de me familiariser avec tous les noms barbares que je lis, je fouille pour savoir ce qu’ils cachent et je tâche d’avertir les consommateurs que nous sommes avec des explications que je veux simples, digestes.

Mais je ne parle pas uniquement de cosmétiques bio. Il m’arrive de parler de cuisine, de voyages et même de mode éthique. Là, je me renseigne sur la philosophie de la marque, sur les modes de fabrication et sur le prix aussi parce que parler d’une fringue que personne ne pourra jamais s’offrir ne présente pas un intérêt majeur…

– Comment décides-tu des sujets que tu abordes ?

Cela dépend… Je suis les « marronniers », un peu par facilité, quand je suis en panne d’inspiration, mais la plupart du temps, j’écris en fonction de l’actualité, des nouveautés que je trouve dans le commerce. Je n’ai pas vraiment de critères finalement !

– Essaies-tu personnellement tous les produits sur lesquels tu rédiges des billets ?

Je ne commence jamais à écrire sans avoir testé le produit auparavant.

Je l’utilise pendant trois ou quatre semaines, histoire de voir si je vire au rouge écarlate ou pas, puis je donne mes impressions. C’est la raison pour laquelle je ne poste pas tous les jours sur le blog !

Tu l’as peut-être remarqué, je n’ai qu’un seul article portant sur les crème de jour. Ayant une peau un peu capricieuse, j’évite de changer de soin comme de chemises… J’ai une marque fétiche, que j’utilise depuis des années, mais dernièrement, j’ai troqué ma traditionnelle crème, pour une nouvelle que j’ai trouvée plus adaptée…

– Cela doit représenter un budget conséquent de tester tous ces cosmétiques ?

J’ai une botte secrète. Ma mère tient une boutique à Nantes où sont commercialisés des cosmétiques bio et des compléments alimentaires. Alors quand elle croise un nouveau produit, elle me l’envoie… Sinon, je les achète moi-même aux hasards des rayons ou je les reçois des attachées de presse. Ayant travaillé moi-même en qualité d’attachée de presse, je connais les ficelles du métier et les personnes à contacter quand j’ai besoin d’infos !

– Tu insistes beaucoup sur l’aspect déchiffrage d’étiquettes ? L’apparition des labels bio sur les cosmétiques te facilite la tâche ou, au contraire, tu estimes qu’il vaut mieux redoubler de prudence ?

Je n’ai jamais vu ma mère se tartiner de cosmétiques classiques… A la maison, les critiques sur Yves Rocher, Body Shop et consorts allaient bon train alors c’est assez naturellement que je me suis tournée vers ce genre de soins.

Au début, je ne me fiais qu’aux labels, persuadée que c’était un gage de qualité, et puis en fouinant un peu, je me suis aperçue qu’il y avait vraiment un bio à deux vitesses : les marques sincères et authentiques, soucieuses de commercialiser des produits de qualité, exempts de tout ingrédient nocif, et celles qui surfaient sur la tendance, en mettant le strict minimum dans leurs formulations…

– Que peut-on réellement espérer de ces labels et quelles garanties m’apportent-ils ?

Ça dépend lesquels, tous ne garantissent pas la même chose…

C’est un peu la jungle d’ailleurs pour savoir qui certifie quoi ! Parmi eux, il y en a un que je n’aime pas particulièrement : le label Cosmebio.

cosmebio logoAlors oui, il a été créé à l’initiative d’Ecocert et de laboratoires engagés, n’empêche qu’il autorise 5% d’ingrédients de synthèse. Il suffit de 10% (au minimum) d’ingrédients issus de l’agriculture biologique pour avoir un produit estampillé bio… Donc forcément, nombreux sont ceux à s’être engouffrés dans la brèche pour proposer des produits « bio » à petits prix. Les gens sont bernés par le logo et choisissent des cosmétiques qui ne suivent pas la VRAIE démarque revendiquée par le bio…

ecocertJe suis beaucoup moins méfiante en présence d’un label Ecocert… D’abord parce qu’il proscrit tout ingrédient de synthèse, ensuite parce qu’il certifie que 50 à 94% du total des ingrédients sont issus de l’agriculture bio et 95% d’ingrédients végétaux. Entre autres…

– Pour terminer, si tu devais guider un parfait ignorant des cosmétiques bio tel que moi, quels sont les conseils que tu me donnerais pour m’aider dans mon choix ?

Regarde les labels et apprend à déchiffrer les étiquettes !

Il y a des marques que tu peux choisir les yeux fermés, connues et reconnues pour leur engagement éthique, leurs formulations « haute qualité » comme Dr. Hauschka ou Weleda par exemple.

Je ne suis pas esthéticienne et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre quant aux vertus des plantes donc je suis assez mal placée pour t’orienter en fonction de ton type de peau etc…

Mais si tu suis ne serait-ce que ces deux conseils, tu devrais pouvoir éviter parabènes et autres poisons du genre !

– Merci d’avoir répondu à mes questions. Je rappelle que l’on trouvera ton blog à l’adresse www.larbreapatates.fr et sur twitter sous le nom de @LArbre_

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

1 commentaire

  1. Très bonne idée cette itw, j’ai appris plein de trucs. Elle oublie de préciser qu’elle est très active sur twitter et relaye bien volontiers des infos dont celles d’aboneobio 🙂 Merci à vous 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.