Accueil » Technologie » Initier les enfants aux geocaches avec le Petit manuel de Geocaching
Le geocaching book par Frédéric Simon

Initier les enfants aux geocaches avec le Petit manuel de Geocaching

La pratique du geocaching a déjà été abordé plusieurs fois ici. Ses qualités de loisir de plein air, son aspect ludique et sa gratuité en font une activité très prisées aussi bien par les enfants que par leurs parents.

C’est peut-être le partage de mon engouement pour cette discipline qui a poussé Frédéric Simon, graphiste et illustrateur en Lorraine, à répondre à mes questions concernant l’ouvrage qu’il vient d’achever : le Petit manuel de Geocaching.

Interview du créateur du Petit manuel de Geocaching

Tout d’abord bonjour Frédéric, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Frédéric SIMON, j’ai 42 ans et 2 enfants. J’habite en Lorraine, à Pont-à-Mousson et je suis graphiste dans une agence de communication à Metz. Je suis également illustrateur sous le pseudonyme Hephez.

Expliquez-nous comment vous avez découvert le Geocaching ?

Par hasard, par le biais d’un reportage télévisé. J’avais déjà entendu parler du principe, mais je ne connaissais pas son nom. Une fois le reportage terminé, mon « âme de scout » et mes souvenirs d’enfants ont fait le reste. Depuis, je suis accro et j’emmène dès que c’est possible toute la famille vadrouiller : femme, enfants, beaux-parents et amis !

Le geocaching est une chasse au trésor moderne, née au États-Unis en 2000 et utilisant le GPS. Ces trésors se trouvent partout, y compris à côté de chez vous, et sont le prétexte à découvrir de nouveaux endroits !

Pourquoi faire un guide illustré et quel à été le moteur de ce projet ?

Lorsque j’ai débuté, j’ai lu (presque) toutes les règles présentent sur le site geocaching.com, et glané des informations complémentaires sur les différents sites et blogs dédiés à l’activité.

Mais une fois l’ordinateur éteint, il n’était pas toujours facile de faire comprendre la richesse et le réel intérêt de cette nouvelle chasse au trésor. Surtout aux enfants, récalcitrants à l’idée de devoir lire sur écran des pages de textes parfois assez techniques.

Étant donné que mon métier est la mise en page et l’illustration, j’ai commencé à réfléchir à un guide « papier », abordable pour le néophyte et présenté par un petit animal sympathique. J’ai proposé le projet à Groundspeak, qui m’a rapidement donné son feu vert.

A qui s’adresse le petit manuel de geocaching ?

couverture geocachingbookLe guide a une cible privilégiée : les enfants. Parce que ce sont les geocacheurs de demain, et s’ils découvrent l’activité par le biais d’un livre qui vulgarise les informations et les présente de façon ludique, ils pourront la pratiquer correctement (et, par extension, inciter leurs parents à participer à l’activité ou corriger leur façon de faire si ils geocachent déjà).

Mais les grands débutants, qui ne savent pas où chercher des réponses ou qui ne veulent pas passer des heures à lire sur un écran, pourront également trouver un support papier qui leur permettra de pratiquer rapidement et de parler, à ceux que ça intéresse, simplement de l’activité.

Tous les aspects techniques et le vocabulaire du Geocaching y sont-ils abordés ?

Il est clair que ce petit guide ne va pas intéresser ceux qui pratiquent depuis longtemps le geocaching (quoique, leur intérêt est aussi que les « nouveaux » respectent les règles, ne déplacent pas les caches ou ne gardent pas un travel bug comme trophée, par exemple), ce n’est pas une « bible » complète et exhaustive de l’activité, mais une « mise à l’étrier ».

Les points indispensables pour commencer correctement sont détaillés, et d’autres sont volontairement « survolés », pour ne pas rendre le document « indigeste » pour la cible visée (je parle par exemple du compte premium en une phrase, mais je n’aborde pas les pocket queries, qui pourraient plus perturber le lectorat qu’autre chose).

À la fin du manuel, il y a évidemment un petit dictionnaire/lexique du vocabulaire le plus utilisé, propre au Geocaching, ainsi que des fiches pratiques qui détaillent avec des copies d’écrans comment loguer, déclarer une création de cache ou encore suivre un travel bug.

Combien d’exemplaires seront tirés si vous obtenez les fonds nécessaires ?

3000 exemplaires pour commencer. Il seront ensuite vendus par le biais d’un site dédié : www.geocaching-book.com. Les bénéfices serviront à traduire et éditer une version anglaise, puis allemande, etc.

Pourquoi vous être tourné vers le crowdfunding pour financer ce projet ?

Cela m’a paru intéressant sur plusieurs points : intéresser des personnes totalement inconnues au projet, développer par la même occasion un réseau de passionnés de Geocaching, tenter l’aventure d’un nouveau moyen de financement, avoir l’impression de maîtriser du début à la fin le déroulement du manuel… Pouvoir s’exonérer de l’avis des banques (dont le créneau n’est pas forcément d’aider à la création) est quelque chose d’assez positif, aussi, quelque soit le projet. Il y a un esprit d’entraide, dans le monde du Geocaching, que je voulais tenter de retrouver pour la création du manuel.

Comptez-vous faire fortune avec ce manuel ?

Je ne pense pas que ce soit possible, mais si c’est le cas, j’achète un camping-car et je vais geocacher dans le monde entier !

En conclusion

Merci à Frédéric pour son initiative et ses réponses à toutes mes interrogations. Il ne reste plus que 19 jours pour soutenir son projet et recevoir un exemplaire du Petit manuel de geocaching dès 25€ de participation.

Pour cela je vous donne rendez-vous sur www.kisskissbankbank.com et compte sur vous pour réunir les 2000€ manquant.

geocachingbook-illustration

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner