Accueil » Ressources » Toilettes sèches, une alternative écologique
Toilettes sèches à litière carbonnée
Toilettes sèches à litière - Source : www.vente-toilettes-seches.com

Toilettes sèches, une alternative écologique

Installées auparavant uniquement dans les zones isolées où l’eau courante n’était pas à disposition, les toilettes sèches ont su peu à peu s’imposer jusque dans nos festivals. Pourquoi ont-elles connues un franc succès ?

Évidemment le succès des toilettes sèches est lié à l’engouement pour les pratiques plus écologiques et responsables dans le quotidien. En n’utilisant pas d’eau, ces toilettes écologiques et économiques épargnent, dans un premier temps, un gaspillage énorme d’eau potable puis évitent ensuite un travail onéreux d’épuration des eaux usées.

Un autre avantage, et pas des moindres, est d’offrir aux excréments une seconde vie en les utilisant en tant que compost. En créant ainsi un engrais naturel pour vos plantes vous éviterez la pollution des cours d’eau liée à l’utilisation de toilettes conventionnelles et de la chasse d’eau.

Le principe des toilettes sèches

Il existe différents types de toilettes sèches. Certaines nécessitant un raccord électrique, d’autres demandant de séparer les selles de l’urine. Mais nous nous intéresserons ici qu’aux modèles basés sur le compostage, solution la moins onéreuse et la plus facile à mettre en place.

Dans la pratique, afin de remplacer la chasse d’eau, les déjections devront être recouvertes d’une « litière » composée généralement de sciure ou de copeaux de bois. Certains utilisent également des végétaux séchés.

Même si l’utilisation de toilettes sèches nécessite un minimum d’espace, d’organisation et d’entretien (vider régulièrement le récipient, prévoir suffisamment de litière, stockage du compost durant sa fermentation, etc) vous économiserez en moyenne une quarantaine de litres d’eau potable par personne et par jour.

Installer des toilettes sèches

N’étant ni raccordées aux arrivées d’eau ni aux canalisations d’évacuation, l’emplacement pourra être choisi à votre convenance. La litière carbonée (sciure et copeaux de bois) pourra être récupérée gratuitement auprès d’une scierie locale (attention cependant à veiller à ce qu’il s’agisse de bois non traité uniquement).

Le récipient recevant les déjections et la sciure à chaque usage devra être vidé dans l’emplacement réservé au compost. Étalé à l’aide du fourche puis recouvert de résidus de tonte ou de végétaux vous pourrez y ajouter vos déchets de cuisine. Au bout d’un an de compostage vous obtiendrez ainsi un terreau riche et prêt à l’emploi pour vos arbres, fleurs et potager.

Quel récipient choisir pour ses toilettes sèches ?

Si certains utilisent des poubelles de 80 litres ne surestimez pas vos forces et gardez à l’esprit que vous devrez le vider ! A l’usage on se rend rapidement compte qu’un sceau en inox d’une trentaine de litres est le choix le plus judicieux par sa nature résistant au temps et aux conditions climatiques.

Pour aller plus loin.

Pour en connaître d’avantage sur la mise en place et l’utilisation de toilettes sèches, de nombreux ouvrages traitent du sujet. Le plein d’humour « Un petit coin pour soulager la planète : Toilettes sèches et histoires d’eau » ou le plus précis sur le compostage « La pratique du compost et des toilettes sèches« .

Une vidéo pour résumé tout ça ?

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

1 commentaire

  1. Merci pour l’article avec une vidéo et des liens utiles 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner