Accueil » Mobilité » Comment limiter les émissions de CO2 lié au transport ?
Photo : www.lenergieenquestions.fr

Comment limiter les émissions de CO2 lié au transport ?

Aller au travail, faire ses courses ou encore partir en week-end, les raisons qui nous font prendre la voiture sont multiples et parfois inévitables. Lorsque l’on sait que le secteur des transports est, en France, celui qui émet le plus de gaz à effet de serre (et particulièrement en CO2) il est judicieux de se demander comment agir.

Mais de quelles alternatives disposons-nous pour éviter de prendre sa voiture personnelle et limiter les émissions de CO2 liées au transport ?

Le covoiturage

Partager son ou un véhicule avec un autre conducteur pour effectuer un trajet à le vent en poupe. L’adepte du covoiturage y voit forcément son intérêt.

Tout d’abord pour son porte-monnaie. Pour le passager, sur les trajets longues distances, le montant d’un covoiturage est bien souvent inférieur à celui du train. Le conducteur voit quant à lui ses frais d’essence ou de péage en partie pris en charge.

Le calcul est aussi simple à faire du côté des émissions de gaz à effet de serre : Covoiturer permet de réduire et diviser ces émissions par le nombre de passagers. Un critère à ne pas négliger lorsque l’on sait que l’émission moyenne d’une voiture était de 135,7 g de CO2 par kilomètre en 2011 (sources : www.notre-planete.info).

Les enquêtes d’Ipsos du 15 janvier 2014 et Cetelem sur la pratique du covoiturage dans le monde en 2013 sont plutôt encourageantes. Si seulement 21% de la population française a déjà pratiqué le covoiturage, 41% non pratiquante envisagent d’y avoir recours dans le futur.

Statistiques du covoiturage
Statistiques du covoiturage

La multiplication des parkings dédiés au covoiturage situés à proximité des axes routiers ou autoroutiers permettent aux automobilistes de récupérer ou déposer facilement leurs passagers.

Un engouement également très facilité par les plates-formes de mise en relation telles que Blablacar qui annonce avoir dépassé la barre des 10 millions d’inscrits en septembre 2014. Un succès tellement retentissant que la SNCF a annoncé le 10 septembre le lancement de son service de covoiturage sous le nom d’IDVroom. Une arrivée peut-être tardive pour faire de l’ombre au leader mais qui mettra l’accent sur les trajets plus réguliers tels que domicile-travail et domicile-gare.

L'environnement comme critère décisif pour le covoiturage
L’environnement comme critère décisif pour le covoiturage

L’enquête menée en 2012 sur 635 internautes par Blablacar place l’environnement comme préoccupation numéro trois avec 40,3% le considérant comme critère déterminant.

Les sociétés de transport privées

Il est de plus en plus courant de voir une entreprise ou une famille faire appel à des entreprises privées pur assurer leurs déplacements en navettes.

Très majoritairement concentrées en île-de-France et les grandes agglomérations, ces sociétés assurent la liaison depuis et vers les différents aéroports et parcs d’attractions. Il est par exemple possible pour une entreprise préparant son voyage d’affaire de commander son transport privé avec le site Navettes-aeroports.fr afin de ne pas être dépendant des fréquences de passage des transports en commun ou des prix exorbitants des taxis aux abords des aéroports.

Les transports en commun

Souvent plus pratiques et plus économiques que l’usage de la voiture personnelle, les transports en commun en agglomération ont séduit leur public. Bus, trams, métros ou navettes, les citadins ont pris l’habitude d’effectuer les trajets du quotidien en les empruntant. Mais qu’en est-il pour les trajets longues distances ?

Le train et l’avion dominent toujours le marché des trajets nationaux longues distances mais la suppression ou la réduction des fréquences de certaines lignes ainsi que la complexité de la griffe tarifaire permettent à l’autocar de gagner du terrain.

On notera qu’IDBus, la filiale SNCF, enregistre une hausse de 80% du nombre de voyageurs par rapport à l’année précédente (sources : www.latribune.fr). Un attrait pour l’autocar qui risque fort de connaître un boom très prochainement alors que l’on trouve déjà des infos ici et là qui parlent d’une future ouverture à la concurrence pour les lignes longues distances laissant envisager une baisse significative des prix.

Avec toutes ces alternatives, pourquoi continuer à prendre votre voiture ?
Vous avez une raison ? Partagez là.

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner