Accueil » Mobilité » Des autoroutes à vélos pour les cyclistes belges
Un rond-point réservé aux cyclistes dans la ville d'Eindhoven (Pays-Bas) | Photo : Chris Keulen

Des autoroutes à vélos pour les cyclistes belges

Des pistes planes, de trois mètres de large minimum, rectilignes et sans obstacles. Les cyclistes du Nord-Ouest de la Belgique verront leur rêve exaucé d’ici 2018.

L’article que courrier international a publié le 28 octobre 2014 révèle les détails du projet de voies rapides dédiées aux vélos initié par la province de Flandre.

Ce projet élaboré en 1997 est très ambitieux et tente de faciliter et d’encourager les déplacements quotidiens à vélos. Pour atteindre cet objectif, il est question de pas moins de 1200km de pistes cyclables dont 600 de voies rapides. Sur ces dernières, la vitesse moyenne est évaluée aux alentours de 30km/heure.

Alors qu’il reste encore 200km d’autoroutes à vélos à construire pour simplifier les trajets de tous les jours des habitants du chef-lieu de Gand, des projets similaires voient déjà le jour, notamment dans la province d’Anvers.

Le plan du réseau d'autoroutes à vélos | Source : www.oost-vlaanderen.be
Le plan du réseau d’autoroutes à vélos | Source : www.oost-vlaanderen.be

Un exemple donné par les Pays-Bas

L’Huffington Post rappelle que les pionniers de ce type de voies rapides sont les Néerlandais qui ont inaugurés en premier une piste cyclable spécialement aménagée pour assurer la sécurité cyclistes et faciliter leurs déplacements. Ceux-ci disposent d’aires de repos et sont à tous les croisements tout au long du tracé de 7 kilomètres reliant Breda à Ettenleur dans la province du Brabant.

Une initiative rapidement suivie par le Danemark qui a lancé la construction de voies express pour relier le centre de Copenhague à sa banlieue. Il faudra cependant attendre 2015 pour voir les premières autoroutes à vélos débarquer à Londres et 2020 pour que Strasbourg achève son périphérique « Réseau vélo express » de 130 kilomètres dédié aux cyclistes.

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner