Accueil » Eco-habitat » Comprendre les bases de l’isolation thermique

Comprendre les bases de l’isolation thermique

Déchiffrer l’étiquette des différents isolants thermiques disponibles dans le commerce n’est pas une mince affaire pour le client lambda et c’est pourtant par là qu’il devra passer pour choisir l’isolation la plus adaptée à son projet de rénovation ou de construction. Si vous préférez comprendre avant d’acheter cet article est pour vous.

En tournant les pages du catalogue ou en arpentant la cour de n’importe quel vendeur de matériaux il est facile de perdre pied dans les informations disponibles sur les différents matériaux d’isolation thermique. Même si la plupart des clients potentiels savent que plus le R est grand mieux c’est, il est tout de même intéressant de se demander comment sont calculés ces indices et ce qu’ils nous apprennent sur les propriétés isolantes du matériau choisi.

Le but ici n’est pas de débattre sur les atouts de tel ou tel matériau isolant mais bel et bien de comprendre ce qui figure sur les étiquettes et fiches techniques des isolants thermiques.

L’isolation thermique

etiquette_isolantSi l’isolation thermique permet de réduire les pertes de chaleur l’acheteur y voit surtout un bon investissement pour réduire ses factures d’énergie.

L’ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) nous dit que pour choisir un bon isolant il faut savoir que « Conductivité thermique et épaisseur du matériau sont les premiers éléments à prendre en compte. La résistance thermique d’un isolant est d’autant plus élevée que son épaisseur est grande et que son coefficient de conductivité est faible. »

Mais que se cache-t-il derrière ses termes techniques ?

 

La conductivité thermique et perte de chaleur

Noté λ (lambda), ce coefficient correspond à la capacité à transmettre la chaleur d’un mètre carré d’un matériau sur 1 mètre d’épaisseur avec 1° d’écart entre les 2 faces. Il s’exprime en watt par mètre-kelvin soit W/m.K (K pour Kelvin, symbole officiel d’un degré de température).

Contrairement à l’indice R (résistance thermique) l’indice λ ne prend pas en compte l’épaisseur d’application de l’isolant et permet donc de comparer les propriétés intrinsèques de chaque matériau isolant.

En résumé, plus λ est petit plus l’isolant est efficace à épaisseur égale.

La transmission thermique et résistance thermique

Les murs de votre maison ou de votre appartement ont la fâcheuse tendance de transmettre la chaleur. Cette capacité propre à chaque matériau en fonction de son épaisseur s’appelle le coefficient de transmission thermique et est désigné par la lettre U.

Il s’exprime en watt par mètre carré par degré de différence soit W/m².K

En résumé, plus U est grand moins la matériau est isolant.

Mais dans le commerce il est plus courant de rencontrer la valeur R, c’est à dire la résistance thermique. La capacité de chaque couche à résister à la transmission de chaleur s’exprime en m².K/W et est simplement l’inverse du U vu ci-dessus. Donc R = 1/U.

Plus R est grand plus le matériau est isolant.

Sources :

  • http://www.ecocitoyens.ademe.fr
  • http://www.toutsurlisolation.com

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

1 commentaire

  1. L’avantage de bien comprendre ces coefficients est de pouvoir profiter de crédits d’impôts et autres avantages fiscaux pour l’amélioration de l’isolation de sa maison et le remplacement de fenêtre de toit. Quand on sait que le crédit d’impôts représente 30% (en 2016) le manque à gagner est loin d’être négligeable. C’est aussi l’occasion de réduire le montant de ses factures d’énergie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner