Accueil » Déchets » Quel avenir pour nos déchets électroniques ?

Quel avenir pour nos déchets électroniques ?

Prenant l’exemple du Ghana ce reportage, daté de 2009, aborde le thème très délicat du devenir de nos déchets électroniques. Un sujet qui, toujours d’actualité, a été de nouveau mis sur le devant de la scène suite à l’émission Cash Investigation traitant de l’obsolescence programmée diffusée le 1er juin 2012 sur France 2.

Que deviennent nos anciens écrans, télévisions et téléphones ?

Un pourcentage de nos déchets électroniques, les DEEE (Déchets d’Equipement Electriques et Electroniques), quoique souvent dirigés vers les centres de recyclage, part en tout illégalité vers les pays en voie de développement.

Ce documentaire nous ouvre les yeux sur le devenir de nos déchets électronique et fait l’alarmant constat du fléau écologique et sanitaire que subissent les populations qui travaillent dans ces véritables décharges à ciel ouvert.

 

 

DEEELe pictogramme DEEE est présent sur l’ensemble des équipements fonctionnant à piles, accumulateurs ou prises électriques. Il signifie qu’il est impératif que l’équipement soit déposé en centre de collecte et surtout pas mélangé aux ordures ménagères.

Selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) seulement 5,7 kg par habitant de DEEE sont collectés chaque année alors que nous en produisons entre 16 et 20 kg.

ndlr : Le magazine, consultable gratuitement, 100% Vosges consacre la une de son numéro 73 aux devenirs des déchets électriques et électroniques. Nous saluerons au passage l’action de sensibilisation menée par les Déééglingués qui assurent la collecte des DEEE.

Alors, devons-nous continuer à fabriquer des produits que nous ne sommes pas en capacité de recycler ? Au risque de causer des pollutions irrémédiables et incontrôlables ?

A propos de Florian

L'écologie a longtemps été un mystère pour moi. Puis j'ai réalisé qu'avec de petites actions au quotidien et un changement des habitudes il était possible de déplacer des montagnes. J'ai créé Nature Obsession en espérant répandre ce virus vert au plus grand nombre !

1 commentaire

  1. Quelle honte de voir ça !
    Et dire qu’on continue à vendre du jetable à tout va…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

banner